Linuxeries

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 24 mai 2014

Independent Linux Distribution Timeline

en:

Seeing the bazillions Linux distributions including forks, derivatives, spinoffs and more-or-less-inspired projects, I felt I could customize the GNU/Linux Distribution Timeline (which seems unmaitained since 2012) so that it shows only "independent" or built from scratch distributions. I find it better to give a global view of the FLOSS wealth and diversity rather than trying to tell which one of those is the most popular or who copies who.

I've found it was legit to put into this timeline the Linux From Scratch derivative works, LFS being more of a Linux system building method than an actual distribution (I mean, in the way that you have a piece of software ready to use as soon as it is released). Also, I sorted the distributions out alphabetically and added Slackware on purpose although it was based on SLS in the first place.

Updated in August, 2014: added Void Linux

fr:

Devant le nombre hallucinant de distributions Linux comprenant forks, dérivées, spinoffs et autres projets plus ou moins inspirés, j'ai eu envie de retaper un peu la GNU/Linux Distribution Timeline (plus vraiment maintenue depuis 2012) afin de n'y faire figurer que les distributions indépendantes ou construites depuis rien (« from scratch »). Je trouve que que ça donne un meilleur aperçu des initiatives tentées et de la richesse de ce petit monde plutôt que de s'abaisser à mesurer la popularité d'untel ou de savoir qui copie qui.

J'ai jugé bon également d'y intégrer les distributions dérivées des travaux de Linux From Scratch, qui est plus une méthode de construction qu'une véritable distribution, dans le sens de logiciel utilisable directement. J'en ai profité pour trier tout ça par ordre alphabétique et j'ai sciemment ajouté Slackware, bien que basée sur SLS à l'origine.

Mise à jour en Août 2014: ajout de Void Linux

Indepedent Linux Distribution Timeline, aout 2014

vendredi 14 mai 2010

Créer une clé USB amorçable pour Linux avec menu graphique grâce à Syslinux

Billet coup de sang et pour en finir avec ça, suite à mes interminables recherches sur le Net et dans une doc fouillis, incomplète et pas claire (et encore, j'ai toujours quelques problèmes d'affichage, bref) : créer une clé USB amorçable (ou « bootable ») pour Linux (et d'autres systèmes d'exploitation) avec un beau menu graphique en plus de 16 couleurs (si, si, c'est possible, mais 640*480 pixels en revanche) au format PNG ou JPEG, grâce à Syslinux.

Je vais essayer d'être clair et de faire vite ; vous allez voir qu'une fois que ça marche, le plus long est encore de peaufiner le truc pour que ça nous convienne.

Lire la suite...

dimanche 4 avril 2010

Quoi de neuf

graveyard_scrn01.jpg Tractopelle le serveur Web n'est plus ! Mais je vous rassure, il a rempli sa part du contrat comme un chef ! Tous les billets de ce blog concernant le serveur domestique sont donc à prendre au passé mais restent tout à fait valables, le serveur ayant tourné de nombreux mois sans aucun problème.

Lire la suite...

samedi 3 avril 2010

Des nouvelles de Tractopelle

Ntb-tractopelle-a-l-ile-de-re.jpg

Alors, où en est-on ? Tractopelle s'en sort-il dans la jungle d'Internet ?

Plutôt oui. L'administration du serveur est quasi-inexistante ; tout fonctionne tout seul ! :-) Quelque mises à jour de sécurité par ci par là, OpenSSH dernièrement.

Le temps de fonctionnement depuis le dernier redémarrage (la présence de l'onduleur aide beaucoup à cet « uptime » !) :

Lire la suite...

Se faire son serveur à la maison : 12 - Mettre en place un service rsync

Sync-crickets.jpg Tractopelle propose déjà à son public un service de synchronisation de fichiers via un service rsync. Il permet aux désireux d'être toujours « up-to-date » de pouvoir synchroniser leur copie locale avec un dépôt sans avoir à tout re-télécharger. Tractopelle possède un service rsync pour rester à jour avec les dépôts des dernières versions de Slackware.

On va voir comment mettre ça en place. Ça tombe bien , une fois de plus, c'est très simple ! rsync fait déjà bien évidemment partie de Slackware. La configuration se passe bien entendu dans /etc. Le principe consiste à créer un « module », en fait une section désignant un répertoire-dépôt local, puis à lancer ""rsync'' en mode démon.

Lire la suite...

Se faire son serveur à la maison : 11 - Un peu de ménage

800px-Balais.jpg Vous trouverez ci-dessous l'historique des commandes entrées quand j'ai fait mon ménage de post-mise à niveau. Le principe est simple : lister les fichiers dont l'extension est .new, invoquer pour chaque fichier un diff -u entre l'ancien et le nouveau afin de voir si des différences notables sont présentes et décider enfin si l'on efface l'ancien (on devra alors renommer le nouveau pour lui enlever son .new) ou le nouveau.

Lire la suite...

Se faire son serveur à la maison : 10 - Mise à niveau : passer à Slackware 13.0 via SSH

billiard-balls.jpg Slackware 13.0 étant enfin sortie avec son lot de nouveautés, on ne va pas résister longtemps à la tentation de faire une mise à niveau, ou upgrade, vers Slackware 13.0 de notre beau Tractopelle. Votre serviteur a tenté l'aventure (en priant intérieurement pour que cela se fasse sans mal).

Conclusion ? Tractopelle tournait sous Slack 13.0, services Web/FTP/MySQL compris au bout de 41 minutes ! Le tout depuis la connexion SSH.

Slack is magic, vous dis-je ! 8-D

Lire la suite...

Se faire son serveur à la maison : 9 - Sécuriser phpMyAdmin avec SSL

cadenas On va maintenant mettre en place un aspect particulier de la sécurité, à savoir la création de certificats ainsi que le chiffrage de la connexion via SSL.. Cela s'avère en fait très simple à mettre en œuvre. On doit, dans l'ordre :

  • créer un certificat SSL pour poopy.fr
  • Auto-signer ce certificat
  • mettre en place SSL dans Apache.

Note : Votre serviteur mettant SSL en place en live, vous aurez aussi droit aux couacs en temps réel ! X-(

Lire la suite...

Se faire son serveur à la maison : 8 - Un peu de sécurité

On commence à avoir pas mal de services sur ce serveur et l'on ne s'est pas beaucoup soucié des impacts sur la sécurité... -_-' pirate

On va donc remédier aux quelques « faiblesses » de notre installation, à savoir : mettre en place un tout petit firewall pour les accès SSH, puis se débarrasser des accès root/anonyme dans MySQL.

Se protéger des attaques « brute force » dans SSH

Voici un mini-script, utilisant iptables, qui permet de refuser les connexions aux IP qui tentent de se connecter plus de 3 fois en 1 minute au protocole SSH (donc généralement des robots essayant de pénétrer votre machine). Ce script sera placé sous /etc/rc.d/rc.firewall, Slackware prenant en charge par défaut un script rc.firewall éventuel dans son système d'initialisation :

Lire la suite...

Se faire son serveur à la maison : 7 - Mise en place d'un service FTP

cern Veut-on mettre à disposition du public certains fichiers qu'on aurait plaisir à partager, par exemple en rapport avec sa distribution favorite, des films de nos dernières vacances ou bien des logiciels libres ?

On va pour cela mettre en place un serveur de FTP anonyme ultra sécurisé grâce à vsftpd, le démon « Very Secure FTP », inclus en standard dans Slackware.

Lire la suite...

Se faire son serveur à la maison : 6 - Accéder à ses fichiers via NFS

12u Notre beau Tractopelle est à peu près opérationnel, mais on aimerait pouvoir commencer à placer des fichiers dessus, installer des répertoires dans notre espace perso, le tout en restant confortablement installé devant notre PC client habituel (Poopy).

On va devoir pour cela mettre en place un serveur NFS sur Tractopelle afin d'être en mesure de monter un système de fichiers distant (un répertoire sous le /home de Tractopelle) dans notre système de fichiers local sur Poopy (/home/web, /home/www, /home/tractopelle, /home/monsiteweb ou que sais-je...). Comment ça marche en gros, NFS ? Eh bien, le service nfsd va s'occuper "d'exporter" un répertoire de Tractopelle, lequel sera visible par un PC client, ici Poopy.

Lire la suite...

Se faire son serveur à la maison : 5 - initialiser MySQL et installer phpMyAdmin

Mise en place de MySQL 120px-Mysql.svg.png

Allons-y gaiement et activons le serveur de bases de données. Les bases se trouveront dans /var/lib/mysql. On peut changer ce comportement en se choisissant et en éditant un fichier de configuration dimensionné correctement.

J'ai choisi le fichier /etc/my-medium.cnf. Bien que certainement surdimensionné, j'ai suffisamment de mémoire RAM pour me permettre cette audace. :-)

Lire la suite...

Se faire son serveur à la maison : 4 - En avant avec Apache

C'est quand qu'on fait du Web ? Ben on y va là, justement. On a déjà Apache qui est installé. On va donc configurer un peu son /etc/httpd/httpd.conf pour choisir notre racine Web entre autres. wwweb

On aura au préalablement choisi un répertoire où mettre nos sites Web. Personnellement, j'ai choisi de faire ceci :

mkdir /home/www

Lire la suite...

Se faire son serveur à la maison : 3 - Mise à jour du système

slack logo Une Slackware, c'est (très) bien, mais une Slackware à jour avec les mises à jour de sécurité (contenues dans patches/ dans l'arborescence officielle de Slackware), c'est (vachement) mieux (allez encore un petite parenthèse). Pour ça, on a notre ami slackpkg qui va nous mettre tout ça à jour et automatiquement s'il vous plaît.

Lire la suite...

Se faire son serveur à la maison : 2 - Configuration basique

Bon, c'est bien joli tout ça mais ça manque d'un peu de graisse.

Les IP privées

FTP cable La Freebox d'ici étant configurée pour donner des IP allant de 192.168.0.10 192.168.0.50, on va s'assurer que chaque machine aura toujours la même IP privée de type 192.168.x.x, ce en associant l'adresse MAC (adresse matérielle) des interfaces réseau à une IP qu'on a choisie. Poopy a par exemple l'IP 192.168.0.10 ; on veut son adresse matérielle :

appzer0@Poopy:~$ su
Mot de passe: 
root@Poopy:appzer0# ifconfig eth0
eth0      Link encap:Ethernet  HWaddr 00:15:58:8a:92:xx
          inet addr:192.168.0.10  Bcast:192.168.0.255  Mask:255.255.255.0
          inet6 addr: fe80::215:58ff:fe8a:921b/64 Scope:Link
          UP BROADCAST RUNNING MULTICAST  MTU:1500  Metric:1
          RX packets:61627 errors:0 dropped:0 overruns:0 frame:0
          TX packets:50193 errors:0 dropped:0 overruns:0 carrier:0
          collisions:0 txqueuelen:1000 
          RX bytes:69568657 (66.3 MiB)  TX bytes:5132365 (4.8 MiB)
          Interrupt:23 Base address:0x4000 

On récupère donc la valeur de HWaddr, à savoir 00:15:58:8a:92:xx et on a notre adresse MAC.

Lire la suite...

Se faire son serveur à la maison : 1 - Achat, montage et installation

800px-Science_museum_025_adjusted.jpg D'abord, ce fut une suppression pure et simple et sans préavis de mon site Web - présent sur la toile depuis plus de 10 ans - par mon hébergeur/fournisseur d'accès pour cause de spam. Soit. Puis ce fut un autre, toujours pour le spam (environ 30 enregistrements dans la base de données). Ces sites ont dû être suspendus un mois puis supprimés, du moins je suppose. Un autre jour, ce furent les courriels : serveurs en carafe pendant 3 jours... Tout ceci couplé aux non-sauvegardes des données et au rienafoutrisme du fournisseur vis-à-vis du client font que j'ai fini par vouloir être mon propre hébergeur - au moins je saurai qui engueuler !

Lire la suite...